La francophonie au carrefour des cultures
Ti-Jean et Ti-Manicou : la nature est un cadeau

Ti-Jean et Ti-Manicou : la nature est un cadeau

Un joli mandarinier marquait la limite de mon jardin, juste avant la forêt littorale. Un soir, en jouant avec Mousse, j’y ai aperçu un drôle d’animal : plus gros qu’un gros chat, trapu comme un blaireau, il fourrait son long museau dans mes mandarines alors que sa queue de rat tombait entre les feuillages : un manicou, silencieux au milieu de son festin de fruits. 

Quelques jours plus tard, je l’ai rencontré à nouveau, immobile et terrorisé sur la route. La nuit tombait ; la lumière de mes phares semblait brûler ses petits yeux et il était bien difficile de manœuvrer afin de passer à côté de lui sans danger tant ses mouvements semblaient désordonnés. 

Pendant qu’il regagnait sa timidement forêt, dans le noir, j’ai composé son aventure.

Dans cette histoire qui joue à combiner (métisser ?) les imaginaires, Ti-Jean, personnage traditionnel des contes créoles dort paisiblement alors que le petit Manicou bien réel qui grignote mes mandarines et tremble chaque nuit sur nos routes lui tient lieu de Père-Noël. Invitation à (re)découvrir les aventures de Ti-Jean et comptine de Noël, cette histoire peut aussi se lire comme une petite fable sur la nécessité de préserver les animaux fragiles, qui, partout dans le monde, sont porteurs de mystères.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier

Panier