La francophonie au carrefour des cultures

Tiques, Lyme & Cie

Les arthropodes hématophages, responsables de la propagation d’affections parfois mortelles, sont nos ennemis les plus redoutables. Les tiques, qui en sont de dignes représentants, s’attaquent aussi bien à l’animal qu’à l’homme. Ils occasionnent à l’un et l’autre des nuisances potentiellement graves. Or, depuis la création des insecticides au début des années 1930, la population s’est désintéressée des tiques. Pourtant, elles restent un problème sanitaire majeur. En effet, au même titre que les moustiques, elles sont susceptibles de véhiculer des maladies que la médecine moderne ne peut pas forcément soigner. Parmi celles-ci, la maladie de Lyme fait l’objet d’une attention grandissante de la part du corps médical et des pouvoirs publics. Or les tiques sont à la fois nombreuses, variées et largement répandues dans nos espaces de loisirs. Elles le sont aussi dans nos environnements proches et parfois à l’intérieur de nos maisons. Dans tous les cas, seules une prévention attentive et une réaction précoce permettent d’éviter les complications. Encore faut-il savoir les identifier et appliquer les bons gestes en temps utile. Connaître l’animal, son fonctionnement, les dangers qu’il véhicule, est une mesure préventive. Cela permet de lutter au sein des foyers avec plus d’efficacité. Que faire quand on sort en forêt, dans quel milieu la tique sévit-elle ? Comment se débarrasser d’une tique ? Dans ce ménage à trois qui associe le réservoir, le vecteur et l’hôte, le rôle de chacun et les interactions qui les lient sont parfois difficiles à saisir.

Requins des Antilles

Des requins aux Antilles ? Ce n’est  pas surprenant ! Jadis, les explorateurs indiquaient qu’ils étaient abondants  dans les mers de la Caraïbe. Depuis, l'homme a largement exploité les ressources marines de  ces régions provoquant le déclin progressif des populations de requins, au point qu’aujourd’hui certaines espèces  sont menacées d’extinction. Cet ouvrage dresse un état de nos connaissances, des savoureux témoignages historiques de Louis de Poincy et du  Père Labat, jusqu’aux perspectives d’avenir. Il traite de façon exhaustive le cadre général des habitats, qui détermine la répartition  des requins, les mythes qui les entourent et la réalité objective, la pêche, les recherches en cours, et même la façon  de les cuisiner. Le requin est un poisson comme  un autre, qui gagne à être connu. Tout pwason ka manjé moun, sé retchen ki ni bon do. « Tous les poissons mangent les gens, mais c’est le requin seul qu’on blâme. » (Proverbe antillais)

Alerte aux moustiques ?

Les moustiques sont souvent plus nuisants que dangereux, mais quand ils véhiculent des maladies, celles-ci peuvent être mortelles : ils sont responsables chaque année de plus de deux millions de décès dans le monde. Aujourd’hui, c’est à la vitesse de la voiture, du train et de l’avion qu’ils voyagent à travers le monde, avec leur cortège d’épidémies potentielles. Depuis quelques années, le moustique-tigre s’invite régulièrement à la une de l’actualité, en compagnie du zika et du chikungunya. La meilleure façon de s’en protéger reste une prévention attentive, qui sera d’autant plus efficace que l’on sera conscient des gestes simples à accomplir au quotidien. Saviez-vous par exemple qu’il faut changer l’eau des fleurs tous les trois jours ? Toujours fermer l’abattant des toilettes ? Que les œufs de moustique résistent au froid, à la sécheresse et aux insecticides ? Le moustique moderne, citadin et voyageur, parcourt le monde à vitesse de la voiture, du train et de l’avion, suivi de son cortège d’épidémies potentielles. Le moustique tigre s’invite régulièrement à la une de l’actualité en compagnie du zika et du chikungunya. La meilleure façon de s’en protéger reste une prévention attentive, d’autant plus efficace que l’on sera conscient des gestes simples à accomplir au quotidien. Saviez-vous par exemple qu’il faut changer l’eau des fleurs tous les trois jours ? Toujours fermer l’abattant des toilettes ? Que les œufs de moustique résistent au froid, à la sécheresse et aux insecticides ? Notre bien-être et notre santé dépendent de choses aussi anodines que ces détails Article lié : Un premier cas de microcéphalie dans l'Hexagone

Séismes des Antilles

En 2015, 12 tremblements de terre assez forts pour être ressentis par la population ont été enregistrés en Martinique, et 17 en Guadeloupe. L’activité sismique fait partie intégrante de l’histoire des Antilles. De plus, elles sont classées zone de risque sismique maximal. Un événement majeur à l’échelle de l’ensemble de l’arc avec une forte probabilité de tsunami n’est pas à exclure. Et dans ce cas, c’est la majorité des infrastructures qui seront détruites sur plusieurs îles en même temps, réduisant à néant les possibilités de secours locaux. Certains spécialistes pensent qu’un séisme majeur (Big One) pourrait survenir au cours des vingt prochaines années. Même si nous avons tous plus ou moins conscience de ce risque, faisons-nous au quotidien le nécessaire pour nous en préserver ? Nos visiteurs sont-ils suffisamment formés et informés ? Savons-nous quoi faire en cas de tsunami ? Il ne s’agit pas d’être catastrophiste mais de fournir les outils pour mieux comprendre les phénomènes en cause et mieux les appréhender. C’est pour répondre à ces questions que Scitep, éditeur ultramarin de sciences et techniques, publie le premier ouvrage grand public entièrement dédié à ces questions.

Tortues marines de la Caraïbe

Les tortues marines sont-elles vouées à disparaître ? Apparus il y a 55 millions d’années, ces reptiles, dont l’ancêtre vivait au temps des dinosaures, se comptaient probablement par millions vers 2000 avant J.-C. Pourtant seulement trente ans ont suffi à menacer leur survie. Autrefois déifiées, symboles de longévité, appréciées pour leur chair et leurs œufs, les tortues marines sont aujourd’hui fragilisées par la pollution et la destruction de leurs sites de ponte ; les chances de survie d’un nouveau-né sont évaluées à 1 pour 1 000. Cependant, si l’homme est leur principal prédateur, leur rareté en a fait un animal emblématique respecté des jeunes générations et à fort attrait touristique : les experts estiment à 18 500 euros la valeur induite d’une tortue luth au Costa Rica. Cette espèce – la plus grande de toutes, et le quatrième plus grand reptile au monde – est, comme presque toutes ses congénères, inscrite sur la liste rouge de l’UICN comme en « danger critique d’extinction ». Elles font l’objet d’une protection spécifique, pourtant les stocks ont du mal à se reconstituer et les spécimens adultes se font rares. Dans un texte court et didactique, agrémenté de nombreuses photos et d’aquarelles, Laurent Louis-Jean nous propose de mieux connaître ces tortues marines : comment se nourrissent-elles ? Comment s’accouplent-elles ? Comment se reproduisent-elles ? Un partage de savoirs pour les sauver de la menace, et permettre à chacun de participer à leur protection au quotidien.

Poisson-lion !

Il y a quelques années, le poisson-lion était inconnu aux Antilles. Aujourd’hui, il y est omniprésent : les pêcheurs le ramassent dans leurs casiers, les plongeurs le croisent en exploration, la vigilance est de mise chez les baigneurs qui s’approchent trop près des récifs. Vorace et prolifique, il est une menace sans précédent pour la biodiversité des écosystèmes coralliens de la région et la pêche professionnelle. Comme la plupart des rascasses, il porte des épines venimeuses responsables de piqûres suffisamment sérieuses pour justifier une prise en charge médicale. Il est semble-t-il trop tard pour éradiquer une espèce dont la progression le long des côtes déjoue tous les obstacles. Le seul remède connu à son développement est de le pourchasser, partout où il se trouve, et par tous les moyens. Par chance il est comestible et sa chair est goûteuse. Facile à cuisiner, il se prête à de nombreuses préparations, plus ou moins élaborées, et de plus en plus de restaurants le proposent à la carte.

Cyclones des Antilles

Les îles des Antilles sont à la croisée de nombreux risques naturels majeurs, parmi lesquels les cyclones, ces formidables et dangereuses machines atmosphériques. Dans une société où le mythe du « risque zéro » est de plus en plus présent, il est vital de garder à l’esprit que quels que soient les progrès de la science et de la technologie, la nature gardera toujours sa supériorité sur la volonté de l’homme. Il ne reste par conséquent qu’à atténuer le risque, faute de pouvoir agir sur ses causes. Cela ne peut se faire que si chacun est correctement formé, informé et préparé, autrement dit conscient du danger et outillé pour l’affronter. C’est à cette action que nous avons voulu apporter notre contribution, en synthétisant dans un document unique les informations utiles à une bonne compréhension, non seulement du phénomène météorologique lui-même, mais aussi de sa gestion.