La piqûre des tiques

Comme tout être vivant, une tique passe l’essentiel de sa vie à chercher à se nourrir et se reproduire. C’est au cours de ses repas qu’elle va, le cas échéant, prélever sur un hôte un agent infectieux. Ensuite elle pourra le transmettre aux suivants.

L’appareil piqueur des tiques

Une fois son dévolu jeté sur un hôte, la tique s’ancre dans la peau de celui-ci. Dès lors, elle ne le lâche plus avant la fin de son repas de sang.

Les pièces buccales des tiques sont composées de deux chélicères et d’un hypostome. Elles sont impressionnantes lorsqu’on les observe au microscope. Les chélicères sont des sortes de scies, capables de dilacérer les tissus. L’hypostome, armé de rangées de dents fonctionne comme un harpon qui va s’ancrer très solidement dans l’hôte. L’ensemble constitue le rostre. ­Beaucoup­ d’espèces synthétisent en outre une sorte de colle, le cément, qui renforce leur accrochage.
C’est ce qui rend hasardeux l’extraction de la tique. Il faut surtout éviter de tirer brutalement sur une tique fixée, sous peine de rompre les pièces piqueuses.

Piqûre d'une tique Ixodes ricinus dans la peau de son hôte (infographie 3D)

Piqûre d’une tique Ixodes ricinus dans la peau de son hôte (infographie 3D).

Alors que l’araignée mord en laissant deux points d’impact sur la peau, la tique pique, et n’en laisse qu’un seul. C’est pourquoi l’on parle de morsure dans un cas et de piqûre dans l’autre.

Tiques, Lyme & Cie, Sarah Bonnet & Nathalie Boulanger, Scitep Éditions 2019

La salive des tiques

Au cours de son repas sanguin, la tique absorbe le sang de l’hôte tout en lui injectant de la salive. Les substances particulières qui composent la salive de la tique détruisent les tissus et dilatent les vaisseaux. De plus, elles empêchent la coagulation du sang. Ainsi, le rostre peut facilement pénétrer dans la peau où il s’accroche solidement à l’aide de ses harpons.

Le rostre de la tique
Vu au microscope électronique à balayage.
©T. Blisnick & P. Bastin Trypanosome Cell Biology Unit, Institut Pasteur

Ces substances ont également la propriété d’inhiber la douleur et les démangeaisons. Cela explique que chez la ­plu­part des personnes piquées, la piqûre passe inaperçue. De plus, la de tique salive contient aussi des facteurs inhibiteurs du système immunitaire de l’hôte.
À la suite de la piqûre, le sujet risque une réaction cutanée ou une infection, si la tique est infectée. Dans ce cas, le risque de développer une maladie s’accroît à mesure que le temps passe.

La piqûre de tique

Même en l’absence de transmission d’agents infectieux, les tiques peuvent créer des problèmes du simple fait de leur piqûre. Ils se manifestent par des réactions à la salive, une perte de sang importante ou une surinfection de la plaie.

L’allergie à la salive

L’allergie à la salive peut être plus ou moins grave, d’une réaction cutanée anodine à un choc anaphylactique potentiellement mortel. Les piqûres de tiques molles, du genre Argas peuvent provoquer chez certaines personnes des réactions extrêmes de ce type.

Un nouveau phénomène allergique a été décrit récemment à la suite de piqûres. Il s’agit de l’allergie à un sucre appelé « alpha-Galactose » ou « alpha-gal ». Celui-ci est contenu dans la salive de la tique mais que l’être humain ne synthétise pas. Si la personne piquée mange ensuite de la viande rouge qui contient ce sucre, un choc anaphylactique peut se produire. Initialement décrit en Australie, ce phénomène devient de plus en plus préoccupant aux États-Unis . Quelques cas ont aussi été rapportés en Europe.

Tiques, Lyme & Cie, Sarah Bonnet & Nathalie Boulanger, Scitep Éditions 2019

La paralysie à tique

La salive de certaines tiques dures peut provoquer une paralysie dite paralysie ascendante à tique. Celle-ci peut survenir à la suite d’une piqûre à proximité d’un trajet nerveux chez des personnes ou des animaux sensibles. La paralysie, progressive, peut conduire à la mort.

La spoliation sanguine

Ce problème, qui concerne les animaux, est l’effet direct que l’on connaît le mieux. Une infestation massive peut correspondre au prélèvement de quantités considérables de sang. De ce fait, elle peut conduire à une anémie chez les animaux concernés.
Des pertes économiques importantes liées à la production de lait ou de viande peuvent en découler.

Les maladies dues aux tiques

La plupart des maladies dues aux tiques sont qualifiées d’émergentes, autrement qui apparaissent dans une zone où elles n’existaient pas, ou en augmentation à un endroit donné. Ce sont pratiquement toutes des « zoonoses » dont les agents se transmettent naturellement des animaux à l’homme, et vice versa. L’infection peut être d’origine bactérienne, virale ou parasitaire.

Lire aussi : Les maladies dues aux tiques

Fermer le menu
×
×

Panier