Kréolistika n°1 – Enseignement du créole dans la Caraïbe et l’océan Indien : état des lieux

couverture revue kréolistika n°1 mars 2021

Plus de quinze ans après la publication du dernier numéro de la revue Études créoles sur « Le créole dans l’école », Kréolistika revient sur cette thématique qui soulève bien des passions. À la différence de son aînée, Kréolistika accorde une part égale aux aires caribéenne et indo-océanienne avec une incursion en Afrique (le Cap-Vert).
Cette nouvelle revue s’intéresse à la problématique universelle de la transmission d’une langue que les linguistes disent être la première à naître quasiment in vitro. Destin étonnant, s’il en est, pour des milliers d’hommes, asservis par leurs semblables, qui inventèrent une langue totalement neuve, le créole, par une résilience linguistique jusque-là inédite.
Cette résistance, qui serait inscrite dans les mémoires de leurs descendants, est un patrimoine à capitaliser, un apport au reste de l’humanité. Alors pourquoi avoir peur de valoriser et de transmettre une langue qui – dans sa version haïtienne – est désormais reconnue comme langue officielle à New York ? Les descendants de Toussaint Louverture n’en sont pas peu fiers. Et donc, quid de ceux qui sont restés liés au pays de Descartes et de la raison scientifique ? Doivent-ils attendre une onction étatique pour s’emparer de la langue de leurs ancêtres ?
Ce numéro fait le point sur les spécificités de territoires aux statuts politiques différents, sur les similitudes et les divergences entre nations indépendantes et pays encore liés à une mère-patrie. Quoi qu’il en soit, il revêt un intérêt indéniable pour qui s’intéresse à la cause créole, qu’il soit militant, praticien ou chercheur.

Contributeurs / Contributors
Par ordre alphabétique / An alphabetical order

  • Évelyne Adelin – Docteure en linguistique, MCF en linguistique Université de la Réunion
  • Daniel Barreteau† – Ancien directeur de recherche à l’IRD, membre associé du Gerec-F (Groupe d’études et de recherches
  • en espace créolophone et francophone)
  • Max Bélaise – MCF en Culture et langue régionales, docteur en philosophie, chercheur au Centre de recherches interdisciplinaires en lettres langues arts et sciences humaines (Crillash) Université des Antilles/Pôle Martinique
  • Jean Bernabé† – Docteur d’État en linguistique, Professeur Université des Antilles/Pôle Martinique
  • Ana Josefa Cardoso – Docteure en linguistique Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, Centro de Linguística da Universidade Nova de Lisboa CLUNL, Portugal
  • Arnaud Carporan – Professeur des universités, docteur en linguistique Université de Maurice, Île Maurice
  • Raphaël Confiant – Professeur émérite des universités, chercheur titulaire au Centre de Recherches Interdisciplinaires
  • en Lettres Langues Arts et Sciences Humaines (Crillash), docteur en linguistique Université des Antilles/Martinique
  • Michel Degraff – Professeur, PhD in computer sciences, MIT, USA
  • Marta Dijkoff – Professeure des universités, PhD en linguistique University of Curaçao, Antilles néerlandaises
  • Paulette Durizot Jno-baptiste – Docteure en anthropologie de l’Éducation de l’UAG, chercheure associée au Centre de recherches et de ressources en éducation et formation de Guadeloupe (CRREF-ESPE), retraitée de l’Éducation nationale Université des Antilles/Pôle Guadeloupe
  • Jo-Anne Ferreira – MCF, docteure en linguistique Faculty of Humanities and Education, University of the West Indies, St. Augustin, /Trinidad and Tobago
  • Renauld Govain – Professeur des Universités, docteur en linguistique Laboratoire Langue, Société, Éducation, Faculté de Linguistique appliquée Université d’État d’Haïti
  • Nnamdi Hodge – Professeur d’espagnol et de créole Ministère de l’Éducation nationale, Trinidad & Tobago
  • Karina Moreira – Doctorante à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) / Langage, langues et cultures d’Afrique noire LLACAN (UMR8135) Université Sorbonne-Paris-Cité
  • Nicolas Quint – Directeur de recherche au CNRS, docteur en linguistique Langage, Langues et Cultures d’Afrique Noire – LLACAN (UMR 8135 CNRS/Inalco) Université Sorbonne-Paris-Cité

Sommaire

  • Préface – Repenser le fait créole… – Raphaël Confiant 9
  • Introduction générale – Du singulier et de l’universel dans l’enseignement du créole – Max Bélaise 15
  • Chapitre I – Papiamentu in primary education: current issues – Dr Marta Dijkhoff 41
  • Chapitre II – L’enseignement de la langue maternelle au Cap-Vert, un processus en voie de mise en place – Ana Josefa Cardoso, Karina Moreira & Nicolas Quint 57
  • Chapitre III – La question du créole à l’école en Guadeloupe : quelle dynamique ? – Paulette Durizot Jno-Baptiste 73
  • Chapitre IV – Gérard Lauriette : pédagogue avant-gardiste de la langue créole ou de la volonté de fabriquer un sujet natif-natal – Max Bélaise 95
  • Chapitre V – La langue maternelle comme fondement du savoir : L’Initiative MIT-Haïti : vers une éducation en créole efficace et inclusive – Michel DeGraff 113
  • Chapitre VI – Enseignement/apprentissage formel du créole à l’école en Haïti : un parcours à construire – Renauld Govain 141
  • Chapitre VII – Le créole à travers les âges De l’oral à l’internet, en passant par l’écrit – Daniel Barreteau, Jean Bernabé & Raphaël Confiant 163
  • Chapitre VIII – Le créole dans le système éducatif Mauricien : de l’obscurité à la lumière – Arnaud Carpooran 169
  • Chapitre IX – Accommodation communicative et conflit linguistique en contexte d’apprentissage du créole langue étrangère
    Évelyne Adelin 193
  • Chapitre X – French-lexicon Creole in Education in Trinidad & Tobago – Jo-Ann Fereira & Nnamdi Hodge 275
  • Postface – Parole d’un chercheur militant. Hommage, honneur et honte : le créole à l’école – Hector Poullet 287
  • En guise de conclusion générale… 295