La francophonie au carrefour des cultures

Tortues marines de la Caraïbe

Préface de Jean Lescure

par Laurent Louis-Jean

Couverture d’ouvrage : Tortues marines de la Caraïbe
Éditions :Broché (Français): 12,00 €
ISBN : 9782954028057
Taille : 11,50 x 21,00 cm
Pages : 72

Les tortues marines sont-elles vouées à disparaître ? Apparus il y a 55 millions d’années, ces reptiles, dont l’ancêtre vivait au temps des dinosaures, se comptaient probablement par millions vers 2000 avant J.-C. Pourtant seulement trente ans ont suffi à menacer leur survie.

Autrefois déifiées, symboles de longévité, appréciées pour leur chair et leurs œufs, les tortues marines sont aujourd’hui fragilisées par la pollution et la destruction de leurs sites de ponte ; les chances de survie d’un nouveau-né sont évaluées à 1 pour 1 000.
Cependant, si l’homme est leur principal prédateur, leur rareté en a fait un animal emblématique respecté des jeunes générations et à fort attrait touristique : les experts estiment à 18 500 euros la valeur induite d’une tortue luth au Costa Rica. Cette espèce – la plus grande de toutes, et le quatrième plus grand reptile au monde – est, comme presque toutes ses congénères, inscrite sur la liste rouge de l’UICN comme en « danger critique d’extinction ». Elles font l’objet d’une protection spécifique, pourtant les stocks ont du mal à se reconstituer et les spécimens adultes se font rares.

Dans un texte court et didactique, agrémenté de nombreuses photos et d’aquarelles, Laurent Louis-Jean nous propose de mieux connaître ces tortues marines : comment se nourrissent-elles ? Comment s’accouplent-elles ? Comment se reproduisent-elles ? Un partage de savoirs pour les sauver de la menace, et permettre à chacun de participer à leur protection au quotidien.

Parution :
Maison d’édition : Scitep Éditions
Illustrateurs :
Genres :
Extrait :

Pour qui a eu la chance de vivre cet instant, la ponte d’une tortue marine est un spectacle unique. Voir soudain apparaître à la surface de la mer cette forme arrondie, qui bientôt sort de l’eau, se traîne sur la plage, s’arrête, souffle, bat le sable de ses grandes nageoires, puis, avec une agilité incroyable, creuse un trou de ses pattes arrière pour y pondre une centaine d’œufs tout ronds, tout blancs, qui tombent au fond du trou, relève aujourd’hui d’une chance inouïe.
Dans les années 1970, à la période de la ponte, c’est par centaines qu’on les comptait sur les plages de l’ouest de la Guyane mais on n’en voyait presque plus sur les plages des Antilles.
En 1977, une équipe de chercheurs du Muséum national d’Histoire naturelle part en Guyane pour faire l’état des lieux des populations locales de tortues marines, et préparer la mise en place de la préservation de ces animaux. Les directions de l’Environnement n

LIRE PLUS

existaient pas encore, elles n’ont vu le jour qu’en 1994. Aux Antilles, au début des années 1990, c’est grâce à l’action concertée d’entités aussi différentes qu’étaient les directions de l’Agriculture, de l’Équipement, des Douanes, des Affaires maritimes, de la Forêt ainsi que des Comités des pêches et de quelques associations que nous devons le départ du travail considérable qui a probablement sauvé ces animaux de leur disparition annoncée.
Les tortues marines semblent revenir peu à peu aux Antilles et, si on peut déplorer que la scène soit encore rare, elles ont bien failli disparaître totalement dans cette région. Aujourd’hui, alors qu’il ne s’agit plus de légiférer, mais d’agir, c’est grâce aux efforts constants des bénévoles souvent réunis au sein de réseaux locaux, des pêcheurs, des membres de clubs de plongée et de jeunes chercheurs passionnés comme Laurent Louis-Jean que ce travail peut se poursuivre. Et grâce à cet ouvrage, à la fois complet, succinct et précis, chacun d’entre nous pourra apprendre à connaître ces animaux exceptionnels et contribuer à les sauvegarder.
Ce n’est que comme cela qu’à la tombée de la nuit, au même endroit qu’au début de notre histoire, mais deux mois plus tard, le sable pourra encore frémir et s’ouvrir… Et que des dizaines de petites tortues pourront surgir, sortir du sable, ramper de toute la vitesse de leurs petites pattes, dévaler la plage, atteindre la mer, nager de toutes leurs forces et disparaître… et peut-être revenir pondre vingt ou trente ans plus tard.

Jean Lescure
Muséum national d’histoire naturelle

REGROUPER

Sommaire

  • Une famille vaste et ancienne
  • Venues de la préhistoire
  • Mystérieuses tortues marines
  • Adaptées à la vie aquatique
  • Les tortues de la Caraïbe
  • Une reproduction bien orchestrée
  • Les tortues marines : vulnérables et menacées
  • La recherche et le suivi des tortues marines
  • La protection est toujours d’actualité
  • Les tortues, témoins de la mémoire collective

Illustrations : photos couleur et aquarelles

À propos de l’auteur

Attiré depuis toujours par la mer, Laurent Louis-Jean plonge depuis son plus jeune âge dans les eaux martiniquaises à la rencontre de la flore et de la faune sous-marine.

Mais c’est de 2006 que date sa vraie rencontre avec les tortues marines, à l’occasion d’un stage à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Après un master au Muséum national d’Histoire naturelle, c’est aussi à ces animaux et à leur protection qu’il consacre sa thèse de doctorat.

Très impliqué dans le réseau Tortues marines de la Martinique, en collaboration étroite et constante avec les professionnels de la mer, ce jeune chercheur en est devenu l’un des rares spécialistes locaux.

Il travaille aujourd'hui au Parc naturel de la Martinique.


Laisser un commentaire

Fermer le menu